TSG

En 2008, la création du Théâtre Shakespeare de Gdansk est devenue l’un des plus importants événements de derniers 25 ans en Pologne libre. Le siège du TSG n’est pas pas seulement le premier bâtiment du théâtre dramatique construit dès l’origine depuis presque 40 ans dans notre pays, mais aussi l’exemple de la coopération exceptionnelle (même solidarité) de la collectivité locale avec une organisation au niveau national ( dite institution commune de la culture), fondée par la Voïévodie de Poméranie, la Ville de Gdansk et la fondation Theatrum Gedanense.
Le siège du Théâtre Shakespeare de Gdansk, on l’a créé à la place de l’École d’Escrime, établie en 1610 dans laquelle, outre les exercices et des compétition d’escrime, on jouait régulièrement des pièces de théâtre. Déjà en 1646, dans l’École d’Escrime amplifiée jusqu’à environ trois milles places, on a représenté le premier spectacle de l’opéra à Gdansk lié à la visite de la reine Louise Marie de Gonzague. Ensuite, en 1695, la troupe de la veuve Velten y a joué la pièce de Walenty Medera « Néron », étant la première pièce de l’opéra écrite à Gdansk. En 1741, on a déconstruit le bâtiment en bois et à sa place on a bâti une construction (avec la toiture et le chauffage) nommée Komedienhaus (La Maison de Comédie) et ouverte en 1774. Il y fallait encore 25 ans pour la création du deuxième théâtre à Gdansk. Enfin, en 1801, le Théâtre Municipal a ouvert dans Targ Weglowy où actuellement fonctionne Teatr Wybrzeze.
Le siège du Théâtre Shakespeare de Gdansk se trouve sur la place dont l’histoire témoigne que ce lieu particulier était le berceau du théâtre à Gdansk et le centre ancien de la vie culturelle dans cette ville riche et multinationale.
Une collection d’archives, les documents iconographiques et cartographiques révèlent la tradition forte de la scène théâtrale à Gdansk, sans égale au territoire de la République Polonaise.

La Fondation Theatrum Gedanense, qui est apparue en 1991, visait à reconstruire le théâtre élisabéthain à Gdansk. Ce théâtre, dont la ressemblance au théâtre londonien Fortune frappait de stupeur, avait de multiples traits élisabéthains. D’abord, la forme de l’École d’Escrime était « élisabéthaine », en plus son organisation de l’espace, enfin son répertoire joué par des Anglais. Les acteurs des théâtres londoniens représentait les pièces de Shakespeare et de ses contemporains avec la virtuosité éblouissante, et avec les techniques de spectacle associées à ce qu’on appelait la scène élisabéthaine. L’objectif fixé par la Fondation, continué par le Théâtre Shakespeare de Gdansk, ne prétendait jamais à la reconstruction de l’objet historique qu’on peut voir sur l’estampe de Willer, mais à « la reconstruction » de l’esprit et de l’espace où, outre les acteurs anglais, jouaient des groupes théâtrales de différents pays.
La forme de la construction théâtrale est un écho de la dominante architecturale de l’ancien Gdansk avec ses églises gothiques en brique. Et cependant, ce devrait être le Théâtre Shakespeare de Gdansk! Et celui-ci était un bâtiment en bois, simple et sans toiture. Alors, où s’est-il caché dans la conception de l’architecte? Pour l’exprimer il faut comprendre que ce qui est visible dehors n’est point le théâtre « juste ». C’est un coffret à théâtre. Le coffret pour y cacher les bijoux. Le théâtre est comme un joyau mis dedans. Le coffret a un couvercle qu’on ouvre ( ici : le toit). Sa forme ne ressemble pas à l’édifice présenté sur l’estampe de Willer, néanmoins, elle renvoie à la genèse déjà mentionnée, celle du théâtre européenne et à l’architecture de Gdansk ancien. La brique s’y réfère aussi, cependant, sa couleur signifie la distinction : ce n’est pas une église. Alors, on entre dans le coffret, et puis dans le théâtre en bois.
En 2001, la Fondation a reçu le droit sur la terre, ainsi elle a demandé de commencer les travaux archéologiques. En 2004, Marcin Gawlicki a découvert les débris de la construction du théâtre qui sont devenus le déterminant des travaux architecturaux sur le bâtiment qui apparaîtrait dans le centre historique et qui a déterminé la nouvelle idée de l’entreprise laquelle est devenue un élément du patrimoine de la culture matérielle de la ville. En 2004, on a aussi annoncé la compétition internationale d’architecture sous la tutelle du ministre de la culture Waldemar Dabrowski. La Fondation a transmis tout le pouvoir décisif dans les mains d’un jury indépendant et international dirigé par Stanislaw Denko. On a annoncé les résultats à la fin janvier 2005 : par la décision unanime, le meilleur et le plus original ouvrage était le projet de prof. Renato Rizzi de Venise.
Pour les chercheurs de l’histoire du théâtre en Pologne, le Théâtre Shakespeare de Gdansk est considéré la plus ancienne relique du théâtre public dont la valeur est inappréciable. Ce théâtre émerge symboliquement de fondements de son ancêtre de manière architectonique, fonctionnelle et devient la construction à la mesure de XXIe siècle.